Dirigeants et leaders bâtisseurs de Sens

Dirigeants et leaders bâtisseurs de Sens

Comment travaillent des dirigeants hors du commun ? Que nous apprennent-ils ?

Dirigeants de start up et de PME

Dirigeants de start up et de PME

Dans le travail de recherche de la chaire, nous étudions les dirigeants de start-up dans l’optique de savoir quel sens ils donnent à leur travail

Ethique et spiritualité au travail

Ethique et spiritualité au travail

L’éthique en entreprise est convoquée en tant que mode de ré-humanisation d’un monde
qui, laissé à lui seul, serait en proie à une structuration qui dépendrait exclusivement de la
logique marchande. Mais comment l’éthique en tant que visée du bonheur et du bien, et
comme sens de l’action peut-elle être adossée à la spiritualité?

Dirigeants et bâtisseurs de sens

Comment travaillent des dirigeants hors du commun ? Que nous apprennent-ils ?

Nous suivons depuis 2017 douze d’entre-eux. Interviewés à deux ou trois reprises en 18 mois, ils expliquent à la fois ce qu’ils font très concrètement et pourquoi (les raisons) ils agissent ainsi. Parfois ils abordent le  » pour quoi  » en deux mots (dans quelle perspective, les enjeux). Forcément cela renvoie à leur histoire personnelle, à leur parcours de carrière, à leurs convictions profondes, professionnelles mais également d’hommes et de femmes dans toutes les dimensions.

Ensuite nous interviewons au moins trois de leurs collaborateurs directs pour croiser les points de vue.

Et finalement quel est leur travail ? Quels styles de parons sont-ils ? Quelles ont été les situations les plus compliquées à gérer ?

De ces questions sur le travail, croisées avec le point de vue de collaborateurs directs, nous en déduisons le sens de leur travail et nous leur montrons notre analyse. Et pour aller plus loin dans la compréhension de chacun d’entre-eux, en vue de construire un « modèle théorique » des bâtisseurs de sens, nous étudions tout particulièrement la liberté qu’ils s’autorisent et la manière dont ils coopèrent.

Un article de recherche sur l’un de ces dirigeants devraient voir le jour prochainement, sur le site internet.
Nous poursuivons la rédaction d’un livre à paraître fin 2019 et qui serait intitulé : Bâtisseurs de Sens, 12 dirigeants hors du commun.

Ayant maintenant des résultats de recherche, n’hésitez pas à nous solliciter pour vous les présenter et en faire bénéficier vos équipes

Aujourd’hui, comment les jeunes générations travaillent-elles ?

Dans le travail de recherche de la chaire, nous étudions les dirigeants de start-up dans l’optique de savoir quel sens ils donnent à leur travail. Notre recherche de terrain nous a fait rencontrer trente dirigeants de PME et trente autres de start-up. Cette variété donne à voir les similitudes, les différences et les évolutions du sens du travail selon différentes générations et différents cœurs de métier.

Actuellement, nombreux sont les dirigeants d’entreprise, dont certains sont proches de l’Icam, qui aimeraient mieux connaître les attentes et le rapport au travail des jeunes générations. Ils aimeraient recruter et fidéliser les jeunes diplômés de façon à pouvoir les intégrer à leurs stratégies de long terme. Or, le recrutement représente une des difficultés majeures auxquelles sont confrontés les dirigeants actuels. Leurs entreprises se trouvent par conséquent directement concernées par la relation au travail des plus jeunes générations.

Depuis octobre 2016, une thèse est en cours sur le sens du travail pour les dirigeants de start-up du numérique et de la métropole lilloise. Cette thèse devrait aboutir à l’automne 2019 et présente deux objectifs. D’une part, elle cherche à comprendre la façon dont s’est formé, au cours du temps, le sens du travail des dirigeants de start-up. D’autre part, le but est de montrer les différents types de sens qui peuvent apparaître au sein de l’échantillon. Cela aboutit à une typologie constituée de quatre différents types de dirigeants.

Comment l’éthique en tant que visée du bonheur et du bien, et comme sens de l’action peut-elle être adossée à la spiritualité?

L’éthique en entreprise est convoquée en tant que mode de ré-humanisation d’un monde
qui, laissé à lui seul, serait en proie à une structuration qui dépendrait exclusivement de la
logique marchande. Mais comment l’éthique en tant que visée du bonheur et du bien, et
comme sens de l’action peut-elle être adossée à la spiritualité? Si l’éthique se présente
comme une possibilité, une façon d’être, un cheminement qui ne cesse d’engendrer des
questions au cœur même d’une activité professionnelle, elle est aussi le lieu de la
responsabilité qui invite au dépassement de soi.

La spiritualité pour sa part, concerne tout l’être humain, comme mouvement d’existence,
constitué de trois ou quatre dimensions en constante interaction : le corps, la dimension
psychique, la dimension éthique comme visée du bien pour la vie, et pour certains, la
dimension religieuse-transcendante. Le spirituel se définit comme un mode relationnel, où
l’on entre librement en dialogue, sous forme de question et d’engagement, avec une réalité
qui n’appartient pas tout à fait au monde purement matériel.

Sans doute l’apport de la spiritualité en management est-il de montrer que, face à une
conjoncture économique morose, il subsiste des marges de manœuvre, l’action des
managers n’étant pas entièrement contrainte, et qu’il existe une véritable liberté de choix
dans les manières d’agir, à travers les effets paradoxaux de la volonté. L’éthique, en tant
qu’invitation à la cohérence serait donc engagée dans la vie spirituelle qui lui donne
« chair », et appelée à se confirmer dans le travail, articulant les finalités de la personne et
celles de l’organisation.